LE DOSSIER MCK vs MMG KINSEVERE EN PLUSIEURS ÉPISODES : L’HEURE DE LA VÉRITÉ ( Tribune)

5
72
  1. À ce stade, nous ne remonterons pas dans le temps pour parler de l’origine des rapports entre ces deux sociétés. Ce qui intéresse l’opinion aujourd’hui, c’est le conflit imaginaire et créé par MCK pour des raisons inavouées.
  2. Étonnant se constater que MCK qui est à l’origine de ce pseudo contentieux, utilise les réseaux sociaux et les médias pour influencer l’opinion, alors que la procédure qu’elle elle-même initiée n’a pas encore abouti. Que vise-t-elle par une telle démarche ?
  3. La même société MCK, dans sa communication, fait appel à des organisations non-concernées par ce dossier. Tout porte à croire que l’intervention inattendue de l’ONG ACAJ a été faite sous la coupole de MCK: transmission des éléments du dossier en cours d’instruction dans un sens orienté et précipitation de l’ACAJ de produire un premier communiqué sans prendre la peine d’approcher MMG KINSEVERE, puis un 2ème communiqué répondant à la réaction de MMG à son communiqué. Il y a donc lieu de croire que ACAJ soit devenue une partie dans l’affaire en faveur de MCK
  4. Dans ce dossier, Moïse KATUMBI réclame une créance de 157 millions des dollars à la société MMG KINSEVERE. Mais il ne justifie d’aucune facture pouvant l’attester et lui donner des prétentions pour une telle somme.
  5. Nonobstant l’inexistence des pièces pouvant justifier une telle dette vis-à-vis de MMG KINSEVERE, Moïse KATUMBI a pu obtenir la décision sur la saisie conservatoire des comptes de MMG KINSEVERE qui emploie pourtant plus de 3 000 travailleurs et ce, depuis février 2020 jusqu’à ce jour. Il a pu bénéficier d’une telle mesure par une procédure gracieuse. Ce qui laisse quelques questions sans réponses.
  6. Dans des termes simples, pour ceux qui ne le savent pas, une procédure en matière gracieuse, ou procédure gracieuse est une demande portée devant une juridiction en absence de litige et donc d’adversaire. Elle est opposée à une procédure contentieuse.
  7. Comprendre par là que la société MCK a pu obtenir la saisie conservatoire des comptes de MMG KINSEVERE qui emploie plus de 3 000 travailleurs, en l’absence de tout debat contradictoire. Pire, il n’y a aucun soubassement (factures, bons de livraisons, créances attestées,… ) qui peut justifier une telle décision. Mais soit!
  8. Tout naturellement, MMG KINSEVERE marque son opposition et saisit la Cour d’appel de LUBUMBASHI pour solliciter un débat contradictoire, gage d’un véritable procès qui permet de ressortir une vérité judiciaire
  9. Suite à cette requête de MMG KINSEVERE, MCK se lance dans des stratagèmes pour éviter ce débat contradictoire. En d’autre terme, Moise KATUMBI s’invente une dette de 157 millions des dollars et ne voudrait pas que son pseudo débiteur en débatte avec lui devant la justice. Allez-y comprendre quelque chose.
  10. À la suite de cette tracasserie que Moïse KATUMBI expose la société MMG KINSEVERE et d’autres sociétés aussi au niveau de la région, le VPM et Ministre de la Justice a réagi par une lettre adressée au premier président de la Cour de Cassation en date du 24 mars 2020 (Réf. 593/ MRM 362 / HN / CAB / VPM / MIN / J&GS / 2020 ayant pour objet: AGITATION AU HAUT-KATANGA ET LUALABA SUITE À DES AFFAIRÉS JUDICIAIRES INTEMPESTIVES
  11. Nous sommes donc devant un dossier où le requérant d’une créance imaginaire de plus de 157 millions des dollars bénéficie d’une décision de la saisie conservatoire des comptes de son pseudo débiteur, mais développe des astuces pour éviter un débat contradictoire sur le même sujet. Que les cerveaux intègres réfléchissent
  12. La Cour d’appel de LUBUMBASHI ayant déjà été interpellée pour principe de ne pas prendre sur les bancs (en pleine audience) des décisions de renvoi pour cause de suspicion légitime, l’incompréhension gagne de plus en plus les esprits, quand on observe que MCK obtient sans trop de difficultés des dérogations du premier président de la Cour d’appel de LUBUMBASHI. Tout récemment, elle a même obtenu un donner acte de la requête introduite la veille et surtout pour une cause non encore alignée à l’extrait du rôle. Voilà des faits que devrait dénoncer ACAJ. Mais hélas ! Les dollars aussi ont leur odeur…

TOUT COMPTE FAIT, IL FAUT RETENIR DANS CETTE AFFAIRE QUE MCK, PAR UNE PROCÉDURE GRACIEUSE, A OBTENU LA SAISIE CONSERVATOIRE DES COMPTES DE MMG KINSEVERE. DANS SA REQUÊTE, ELLE RÉCLAME UNE CRÉANCE IMAGINAIRE DE 157 MILLIONS DES DOLLARS, EN L’ABSENCE DE TOUTE PIÈCE POUVANT L’ATTESTER. MMG KINSEVERE QUI A FAIT OPPOSITION DE CETTE DÉCISION, EN RÉCLAMANT UN DÉBAT CONTRADICTOIRE, SE HEURTE DEVANT LA MACHINE KATUMBI QUI DÉVELOPPE TOUTE SORTE DE STRATAGÈMES POUR ÉVITER CE DÉBAT DEVANT LA JUSTICE. EN ATTENDANT, PLUS DE 3 000 TRAVAILLEURS DE MMG KINSEVERE VIVENT DES MOMENTS DIFFICILES. FACE À CETTE SITUATION, ACAJ DE GEORGE KAMPIAMBA A FAIT LE CHOIX DE DÉFENDRE LE BOURREAU ET DE TERNIR L’IMAGE DE LA VICTIME. PEUT-ON ENCORE LA CONSIDÉRER COMME UNE ONG DES DROITS DE L’HOMME?

Vigilance citoyenne !

Tribune d’un citoyen congolais

5 Commentaires

Laisser un commentaire