Politique

Pour la NOGEC, la mise en oeuvre du programme de 100 jours a constitué une opportunité d’enrichissement illicite

Dans un communiqué parvenu à la rédaction kin24.info, la Nouvelle Génération pour l’Emergence du Congo, NOGEC par le bias de son Président, Constant Mutamba a fait le point sur le récent rapport publié par l’Observatoire congolais de la Dépense publique (ODEP). Ce dernier avait rendu public l’xécution du budget de l’Etat de Janvier à Septembre 2019.

Cependant, le Président de la NOGEC estime que le programme d’urgence du Président Félix Tshisekedi, a ouvert la « boîte de Pandore » à enrichissement sans
cause.

« la réalisation du programme d’urgence de 100 jours lancé par le président Félix Tshisekedi était une aubaine d’enrichissement illicite pour certains acteurs politiques, sans résoudre les problèmes des Congolais. » peut t- on
lire dans ce document signé Constant Mutamba.

Pour la NOGEC, formation politique membre du front commun pour le Congo ces révélations contenues dans le
résumé du Rapport de l’ODEP mettent à nu de graves entraves à la loi Numéro 11/011 du 13 juillet 2011 relative aux finances publiques ainsi qu’à la loi Numéro 10/010 du 27 avril 2010 relative aux marchés publics. Maître Constant Mutamba, considère que cette indiscipline de gestion ne s’inscrit pas dans la vision d’assainissement des finances publiques
telle que prônée par la Coalition FCC-CACH.
Il recommande la mise en place d’une commission mixte et inter institutionnelle composée des membres de la
société civile, du parlement, de l’Inspection Générale des finances afin de procéder à l’audit et aux enquêtes sur la gestion des fonds alloués à l’exécution du programme
des 100 jours du président de la République.