l’Assemblée nationale bientôt au chevet des sinistrés des catastrophes humanitaires

0
9
Aussitôt revenue (jeudi soir) de Paris en France où elle a été nominée au prix de femme d’influence politique, la Présidente de l’Assemblée nationale de la Rd Congo, Jeanine Mabunda Lioko, a reçu le vendredi 29 novembre dernier dans la salle des banquets du Palais du peuple, le caucus des députés nationaux de la ville de Kinshasa. Ces échanges ont tourné autour des dégâts causés dernièrement par la pluie diluvienne qui s’est abattue sur la ville de Kinshasa dans la nuit du 25 au 26 novembre dernier. Trois points figuraient à l’ordre du jour : la lecture du mémorandum par le député Godard Motemona, président de ce caucus ; la réaction de la présidente au mémo ; et les interventions des députés représentant les 4 districts de la ville-province de Kinshasa. Dans le mémorandum des députés nationaux élus de Kinshasa, il a été d’abord question de féliciter la speakerine de la Chambre basse du Parlement congolais pour le prestigieux trophée qu’elle vient d’avoir à Paris. Ensuite, les élus de la capitale ont décrit le drame humanitaire que vit une partie de la population kinoise à la suite des dernières pluies.
Plus de 51 morts et 400 familles dormant à la belle étoile pour lesquelles une aide humanitaire s’avère impérieuse à être débloquée selon Godard Motemona qui parlait au nom de ses collègues. Même constat fait successivement par les députés Chérubin okende, Marie-Ange Lukiana, Patrick Muyaya et Daniel Mbawu, représentant respectivement les circonscriptions de la Lukunga, Tshangu, Funa et Mont-Amba. Après le diagnostic sur cette situation dramatique, Mme la Présidente de l’Assemblée nationale, ensemble avec le caucus des députés kinois, ont décidé de programmer une descente sur terrain, notamment cette semaine qui débute, et ce, après avoir rencontré le Premier ministre et les ministres concernés. Il est également envisagé une séance académique avec les responsables de la voirie et de l’urbanisme de la ville de Kinshasa, en vue d’une solution durable à ces cas d’inondations répétitives. C’est sous une bonne entente que les deux parties ont promis de se retrouver ce mardi pour une programmation de toutes ces activités liées à l’assistance de la population kinoise sinistrée.Ce n’est pas son prix, c’est la reconnaissance faite à l’Assemblée nationale de la RdcPour revenir sur le prix de « femme d’influence politique » octroyé à Jeanine Mabunda, signalons que la présidente de l’Assemblée nationale estime modestement que c’est une reconnaissance à la passation pacifique du pouvoir en Rdc. En effet, elle l’a indiqué dans une interview accordée à la presse tout juste à sa descente de l’avion. Comme d’aucuns ne l’ignorent, la speakerine de la Chambre basse du Parlement de la Rdc est déjà de retour à Kinshasa depuis jeudi 28 novembre dans la soirée au terme d’un court séjour à Paris en France, où elle était allée répondre à l’invitation de son homologue français mais aussi et surtout à l’invitation du cercle des femmes d’influence qui organisent chaque année le prix de « femme d’influence». Concernant effectivement ce prix, Jeanine Mabunda pense qu’il s’agit d’une reconnaissance à travers l’institution qu’elle représente, de l’initiative de transition pacifique qui a eu lieu il y a quelques mois en Rdc, pays autrefois catalogué comme mauvais élève de la démocratie. « L’objet du déplacement était multiple, mais je répondais d’bord à l’invitation de mon collègue de l’Assemblée nationale française, qui m’a reçue. Ensuite nous avons eu des échanges assez constructifs avec la Cour des comptes qui donne des formations à nos gens ici à Kinshasa pour renforcer les mécanismes d’audit de lutte contre la corruption, en exécution du v?u du Chef du Gouvernement et du Chef de l’Etat », a-t-elle souligné.Et d’ajouter : « Une des motivations premières c’est répondre à l’invitation du cercle des femmes d’influence, qui est un réseau des femmes décideurs françaises et européennes, qui avaient décidé de primer l’initiative de transition pacifique du pouvoir au Congo au travers l’institution que je représente, l’Assemblée nationale. Ce prix n’est pas le mien déjà. Je ne suis pas quelqu’un qui aime se mettre trop à l’avant, mais c’est la reconnaissance qui est faite à la capacité de l’institution que je représente comme chef de corps de pouvoir faciliter le dialogue dans les institutions, de pouvoir consolider, garantir une passation de pouvoir pacifique qui a lieu en Rdc ». Elle a poursuivi en martelant que « Cette Rdc était avant présentée un peu comme le mauvais élève dans la région en matière de démocratie et d’élection. Nous avons fait la démocratie par le respect de la Constitution, par l’organisation des élections, et que dans notre Assemblée nationale nous avons 10 pourcent des femmes aujourd’hui, un peu plus qu’hier. Ce n’est pas encore suffisant mais c’est un progrès. Ils ont voulu donner cet encouragement à la nation congolaise et particulièrement aux femmes. J’étais accompagnée de quatre femmes députées qui représentaient toutes les sensibilités, le PPRD mon parti, le MLC, le MS-G7 et CACH bien entendu qui est notre partenaire ». Bokulaka

Laisser un commentaire