Politique

Réprouvant les propos du premier vice-président de l’Assemblée nationale
Les députés FCC exigent des excuses à Jean-Marc Kabund

Par une déclaration politique faite ce samedi 16 novembre 2019 au Palais du peuple, les députés nationaux membres du Front commun pour le Congo (FCC) ont réagi au sujet des allégations du premier vice-président de l’Assemblée nationale, M. Jean-Marc Kabund-A-Kabund, faites en date du 12 novembre 2019 devant les membres de son parti l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social). A cette même occasion, ils ont fait le point sur les accrochages entre militants des familles politiques FCC et CACH dans plusieurs coins de la République, et sur ce qu’ils qualifient de « sortie verbale incendiaire » de quelques opérateurs politiques et institutionnels qui s’en est suivi. D’abord ces députés du FCC condamnent les destructions « méchantes et répréhensibles » des sièges des partis politiques et des effigies du Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, et celle du Président de la République honoraire Joseph Kabila Kabange. Puis, ils réprouvent et condamnent « fermement » les propos du premier vice-président de l’Assemblée nationale, Jean-Marc Kabund-A-Kabund. « Ces propos dangereux qui n’engagent pas la plateforme alliée Cap pour le changement (CACH) incitant à la haine, sont de nature à troubler la paix sociale et la stabilité chèrement acquises au prix de nombreux sacrifices dont la coalition FCC – CACH est la pierre angulaire. La préservation de ces acquis historiques demande de chaque congolais et surtout de ses dirigeants, une culture permanente d’humilité et de hauteur », ont-ils commenté.Ils font remarquer que ces propos sont en contradiction avec le Règlement intérieur de l’Assemblée national, spécialement en son article 121, alinéas 2 à 4, à savoir : « Le député national a l’obligation de sauvegarder, à tout moment, l’honneur et la dignité de ses fonctions ainsi que l’image de marque de l’Assemblée nationale. Il respecte les lois de la République et observe le Code de conduite de l’agent public de l’Etat tel que défini par le Décret-loi n°017-2002 du 03 octobre 2002. Les députés se doivent courtoisie et solidarité ». Les députés FCC rappellent que c’est grâce à l’existence de la coalition parlementaire FCC – CACH « et au vote majoritaire des députés de notre plateforme politique du Front commun pour le Congo » que le Premier vice-président de l’Assemblée nationale siège aujourd’hui au bureau de la Chambre basse du Parlement. « Nous l’Appelons solennellement à intérioriser cette donne politique majeure dans l’exercice de ses fonctions et lui demandons de présenter solennellement des excuses à ses collègues députés nationaux et à la Nation congolaise », ont-ils déclaré. Ils apprécient « à juste titre » l’intervention du Président de la République sur l’avenir prometteur de la coalition FCC – CACH devant les autorités et la presse lors de sa visite officielle en Allemagne. Aussi, affirment-ils que l’autorité morale du FCC Joseph Kabila, « artisan principal de la première alternance politique depuis l’indépendance », est un patrimoine commun à préserver et à honorer. Enfin, les députés nationaux du FCC appellent les dirigeants des forces politiques de la coalition FCC – CACH à prêcher par l’exemple « dans la défense de celle-ci » et à accroitre la sensibilisation auprès des cadres et militants de leurs formations politiques respectives « pour expliquer le bien-fondé de cette alliance en vue de la préservation de la paix et de la stabilité en République démocratique du Congo ». Bokulaka