Politique

Qui cherche la tête du Gouverneur Atou Matubuana rencontrera la vérité sur son chemin: Laissons parler les faits ( PT Conseils

 

QUI CHERCHE LA TÊTE DU GOUVERNEUR Atou MATUBUANA RENCONTRERA LA VÉRITÉ SUR SON CHEMIN. LAISSONS PARLER LES FAITS

 

Depuis peu, une vidéo sur le vice-gouverneur du KONGO CENTRAL défraie la chronique dans les réseaux sociaux. Mais par une magie que nous ne saurons expliquer, un fait divers qui touche un grave problème de moeurs est transformé en un procès contre le gouverneur Atou MATUBUANA. Très facile à comprendre que nous sommes face à une récupération politique sur fond de la manipulation de l’opinion par un groupe de gens non autrement identité. Mais le présent texte peut aider à les identifier. Soit.

Pour le besoin d’éclairer l’opinion, nous avons résolu de livrer les faits de la cause à l’appréciation de tout un chacun, afin de faire agir leurs propres consciences, loin de la récupération politique à laquelle se prête certains laboratoires. Nous ne le dirons jamais assez.

Prenons les choses dans l’ordre.

Tout d’abord, la version répandue par certains sites d’information sur un éventuel désistement de la victime dans ce dossier est fausse. Comme le veut la procédure, les juridictions de premier et second degré que l’on trouvent dans la province du Kongo Central n’ont pas compétence à juger un vice-gouverneur en fonction. Le parquet, qui s’est limité à constater la flagrance, a l’obligation de transférer le dossier en concerne à la juridiction compétente à Kinshasa. Donc à ce jour, l’action publique à l’encontre du vice-gouverneur n’est pas éteinte. Il appartient à la Cour de cassation de se prononcer, quant à ce. Un mensonge démonté. Ceci de un.

De deux, le vice-gouverneur a certes pointé du doigt le gouverneur, mais sans apporter la moindre preuve des faits allégués. Pris sur le tas, alors qu’il n’avait encore mené aucune investigation pour vérifier l’identité de son comploteur, comment pouvait-il connaître son commanditaire avec certitude? Nulle part dans la vidéo qui le met en cause, nous ne voyons quelqu’un lui souffler le nom d’un quelconque commanditaire. Nous ne le voyons non plus passerun coup de fil pour prendre des renseignements. Lui seul peut expliquer les raisons d’un tel agissement qui le discrète davantage.

De trois, dans la même vidéo, le vice-gouverneur lance une phrase qui devrait plutôt interpeller, au lieu de trouver en la personne du gouverneur un coupable désigné. NZAMBE AZO PUNIR NGA MPO NATIKA MAKAMBO OYO. COMPRENDRE: DIEU ME PUNIT POUR LAISSER CE GENRE DES PRATIQUES. Voilà la phrase qui nous a attiré notre attention. Ça explique en grande partie les raisons de nos investigations sur ce dossier. Mais auparavant, notons au passage que nous sommes originaire du Kongo Central, du même district que le vice-gouverneur par ma mère. C’est une des raisons qui nous a poussé à lui témoigner notre compassion par téléphone. Mais nous n’avons malheureusement aucune force pour résister face à la vérité.

VOICI LES FAITS DANS CE DOSSIER QUI SE PRÉSENTE SUR PLUSIEURS EPISODES ET DIGNE D’UN FILM DES POLARS

Le relevé des appels téléphoniques du vice gouverneur indiquent un premier coup de fil adressé à madame Mimy (la victime) à 5h44 le dimanche 25 août 2019. Il s’en suivra plusieurs autres coups de fil ce même jour, avant de s’inviter chez elle de façon impromptue. Toutes les preuves de ces appels sont versées dans son dossier. En d’autre terme, c’est le piégé qui harcèle pour se faire piéger. Drôle de manière de se faire piéger quand-même. Passons.

Pour la petite histoire, cet acte posé par le vice-gouverneur sur madame Mimy était son 4ème coup. Ce qui voudrait dire qu’il y avait déjà trois précédents: la première fois lorsqu’il avait proposé à madame Mimy la visite d’une maison pour la location, située en face de sa résidence au quartier Ango-Ango à MATADI. La pauvre Mimy qui était surprise de voir le vice-gouverneur se déshabiller devant elle ce jour-là, a refusé son offre de maison et à aussi porté les faits à la connaissance de son oncle, le père spirituel de l’église kimbanguiste, qui l’avait recommandé auprès du gouverneur Atou MATUBUANA. Tout naturellement, le père spirituel avait manifesté son indignation le gouverneur qui l’a géré à son niveau. Le vice-gouverneur qui se dit chrétien et qui n’est pas amnésique pèche envers sa propre conscience.

Alors que l’on pouvait s’attendre à ce que cet épisode calme ses pulsions,
notre vice-gouverneur a de nouveau rééditer son coup à deux autres reprises dans son cabinet du travail. On peut donc comprendre que le 4ème que nous voyons dans la vidéo qui circule dans les reseaux sociaux a visiblement exaspéré madame Mimy qui, jusque-là, refusait ses avances forcées.

Sur ce point, il convient de préciser que l’appartement où s’est déroulé les faits se trouve dans la maison de passage officielle du gouvernorat du KONGO CENTRA, gardée par les éléments de la police identifiés dans cette vidéo. Ils étaient donc sur leur lieu du travail et non dépêchés par qui que ce soit. Quel agent de l’ordre, femme de surcroit, peut-il se montrer tendre envers le bourreau d’une infraction de tentative de viol en flagrant délit? Que l’on arrête de minimiser la gravité des faits, juste parce que l’on cherche la tête d’un innocent que l’on voudrait sacrifier sur l’échafaud de la méchanceté ? En tout cas, le vice-gouverneur le rend mal à celui qui l’a désigné comme son second dans leur liste.

Le jour des faits, le vice-gouverneur avait garé sa voiture à une centaine de mètres de la maison de passage du gouvernorat où réside maman Mimy, demandant à son chauffeur que nous voyons dans la vidéo de l’attendre là. Raison évoquée par lui: je vais récupérer ma dette à quelqu’un. Cette dette s’avère être madame Mimy. Si le pauvre chauffeur que nous voyons dans cette vidéo a été vu, c’est juste parce qu’il venait à la rescousse de son patron, quand il a constaté les bruits et un désordre généralisé dans la parcelle, avec des entrées des agents de sécurité.

TOUT CE QUE J’ÉCRIS ICI EST ACTÉ COMME TEL DANS LES PROCÈS VERBAUX DE LA PROCEDURE DE CE DOSSIER ET IL NE SAURAIENT-ÊTRE CONTESTÉS

Poursuivant nos investigations, nous apprenons que le vice-gouverneur n’est pas à son coup d’essai.

1. En 2011, il avait aussi tenté de violer une policière à Boma. L’affaire a été réglée dans l’amiable, moyennant une somme de 2 000 dollars (Deux milles dollars) versée par lui à la pauvre policière.
2. Le même vice-gouverneur a tenté un autre coup similaire sur une des garde-du-corps de l’honorable MFULU MASAKA, la vice-présidente de l’assemblée provinciale du KONGO CENTRAL de la dernière législature. Je suis précis, pour faciliter toute vérification aux hommes de bonne foi, épris par le soucis de la vérité.
3. À LUKULA, un territoire du KONGO CENTRAL dont je suis aussi originaire par ma maman, les langues se délient pour dénoncer le comportement pervers du vice-gouverneur
4. Pareil au gouvernorat du KONGO CENTRAL (personnel féminin)

Les faits que j’ai décrits ici sont vrais et vérifiés. Le vice-gouverneur seul peut porter la responsabilité de leur divulgation. Comment peut-on soigner l’image ternie de l’innocent gouverneur Atou MATUBUANA dans les réseaux sociaux, sans révéler les pratiques répétées de son accusateur et démontrer par là sa méchanceté de vouloir se décharger sur un innocent pour chercher à se disculper? Peut-être avait-il pensé que citer le nom du gouverneur empêcherait à ceux qui filmaient de la rendre publique… Mais il a très mal joué.

Aux congolais, nous conseillons de ne pas faire dans l’émotion pour des choses révélées dans les réseaux sociaux. Nous recommandons vivement une extrême vigilance pour ne pas devenir la proie des manipulateurs. Que tous les laboratoires qui ont voulu faire de la récupération politique de ce fait divers malheureux aillent tous au diable. L’enfer les attend.

Pour finir, nous condamnons tout de même la diffusion à outrance de cette vidéo dans les réseaux sociaux. Que l’honneur et la dignité d’un chef de famille soient préservés. Mais en même temps, ne perdons pas de vue qu’à l’heure de l’informatisation des images, nous devons nous imposer un comportement à la hauteur des charges que nous assumons.

1. Sur Dominique Strauss-Kahn, le candidat Sarkozy était pointé du doigt. Et plutard, c’était François HOLLANDE. Mais rien n’a permis de confirmer des telles accusations.
2. Bill CLINTON a risqué son siège aux USA dans l’affaire Monica. Personne n’était à la manoeuvre contre lui
3. Dans notre propre pays, un ancien vice-gouverneur dans la région de l’ex Équateur est encore détenu à ce jour pour des faits similaires de viol. Aucune enquête n’a démontré l’existence d’un complot contre lui.

QUI CHERCHE LA TÊTE DU GOUVERNEUR ATOU MATUBUANA TROUVERA LA VÉRITÉ SUR SON CHEMIN. CIRCULEZ, IL N’Y A RIEN À VOIR. LE GOUVERNEUR ÉLU ATOU MATUBUANA TRAVAILLE!

Ce qu’il faut retenir avant de fermer ce chapitre, il y a absence de mobile dans toutes les accusations portées contre le gouverneur Atou MATUBUANA. C’est lui qui a choisi son vice-gouverneur pour leur ticket et il n’y a vraiment aucun intérêt à le couler d’une manière qui enerverait leur propre ticket. Toutefois, le dossier transféré à Kinshasa aura raison sur les commentaires des réseaux sociaix. Question de temps et la vérité, toute la vérité eclatera en plein jour.

Salutations patriotiques.

Pour la rédaction de PT CONSEILS,
Papy TAMBA