Monde

Alassane OUATTARA OU L’HOMME DE L’ÉMERGENCE DE LA CÔTE D’IVOIRE ( PT CONSEILS )

Un ivoirien qui confirme son ivoirité par sa passion pour la Côte d’Ivoire. L’équipe de rédaction de PT CONSEILS s’est particulièrement intéressée par son parcours, qui permet aux ivoiriens de rêver d’une certaine grandeur en Afrique. Tenez.

Le président Alassane OUATTARA est un KONG ivoirien qui est né à DIMBOKRO, situé au centre de la Côte d’Ivoire.

Comme on trouve des Ba-KONGO en République Démocratique du Congo, au Congo-brazza et en Angola et que ces derniers se reconnaissaient les mêmes chefferies à une période donnée dans leur histoire commune, les OUSSI aussi en Côte d’Ivoire ont leurs homologues au territoire de Faso, tous s’identifiant à SINDOU, où se trouvait le palais royal de cette communauté. Le papa du président Alassane OUATTARA était un OUSSI.

Une fois désigné comme chef chez cette communauté OUSSI, peu importe le lieu de votre résidence (Côte d’Ivoire ou le territoire de FASO), il y avait l’obligation pour ce dernier (le chef investi) de rejoindre SINDOU et d’y établir une permanence. C’est alors que, une fois investi chef chez les OUSSI, monsieur DRAMANE; un commerçant dans le café et le cacao et ami personnel du feu président Houphouët, a vu comme une obligation de rejoindre SINDOU avec sa famille. Monsieur DRAMANE, c’est le papa du président Alassane OUATTARA.

Ce dernier, une fois investi chef chez les OUASSI et ayant rejoint la localité de SINDOU pour sa demeure, bien qu’il n’y habitait pas de façon permanente, il y passait toutes les fêtes musulmanes. C’était même une obligation.

Profitant de cette période où son papa était devenu chef des OUASSI et résidant de ce fait à SINDOU, le président Alassane OUATTARA y passa son bac et le destin joua en sa faveur.

En effet, l’année où il passa son bac au territoire de FASO, il y avait des bourses américaines mises à la disposition des bacheliers. C’est l’époque de la Haute Volta dirigée par le président Maurice YAMEOGO, premier président de ce pays après leur indépendance.

En tant que tel, ses instructions étaient assez claires: pas de ces bourses américaines aux originaires de son pays, qu’il pensait apprendre les notions de la révolution aux USA.

Face à cette situation, le président Alassane OUATTARA, étant d’origine ivoirienne, tira le bénéfice de ces bourses en tant que bachelier ayant obtenu des bonnes notes au territoire de Faso. Les bourses françaises étant réservées aux originaux, selon la politique du président Maurice YAMEOGO.

Avant de poursuivre, il faut préciser ici que le président Alassane OUATTARA n’était pas seul à profiter de cette mesure du président Maurice YAMEOGO. On a fait des passeports à plusieurs autres étrangèrs qui ont tous bénéficié des bourses américaines à Haute Volta à cette époque.

C’est même en cette même période que BEDIE était l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire aux USA. Période où le président Alassane a noué des relations avec lui, jusqu’au jour où elles se gâtent pour des raisons que nous souleverons dans la suite de ce papier.

QUI EST LE PRÉSIDENT Alassane OUATTARA ET QUEL EST SON PARCOURS SUR LES AFFAIRES DE SON PAYS?

1. Le président Alassane OUATTARA était le gouverneur de la BCAO pour le compte de la Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire détient 40% des parts sociales dans cette banque de l’Afrique australe. Son siège est certes à Dakar, mais le poste de gouverneur est réservé à la Côte d’Ivoire.

2. Il était premier ministre dans son pays. Nous y reviendrons.

Tout compte fait, l’idée saugrenue de présenter le président Alassane OUATTARA comme un burkinabé, telle avancée par un camp politique en Côte d’Ivoire pendant la dernière campagne présidentielle, est un non-sens. Un simple montage des petits laboratoires qui ne produisent que les cafés de commerce. Et pour cause.

1. Son propre grand-frère, Gaoussou OUATTARA, décédé depuis 2012, était le premier vice-président de l’assemblée nationale en Côte d’Ivoire, sous… un certain Henri Konan BEDIE, devenu amnésique depuis un temps
2. Pour le compte de la Côte d’Ivoire, il a travaillé à la Banque Mondiale et au FMI.

Si ce qui précède ne suffit pas pour lever le voile de doute sur les origines du président Alassane OUATTARA et si cela devrait aussi résister à l’analyse, il convient d’ajouter ici que c’est encore lui, le président Alassane OUATTARA, qui a présidé la commission interministérielle, instituée par le feu président Houphouët. Nous sommes entre 1989 et 1990.

Notons ici au passage que pendant les travaux de cette commission et même avant, le texte constitutionnel ivoirien ne consacrait pas de poste de premier ministre. Ce n’est qu’à l’issu de ces travaux n que le feu président Houphouët va prendre une ordonnance présidentielle pour créer ce poste en Côte d’Ivoire.

Afin de bien matérialiser les conclusions de ces travaux, le feu président Houphouët fait le choix du même président de la commission, en l’occurrence le président Alassane OUATTARA, comme premier ministre. C’est le début des réformes en Côte d’Ivoire. Il n’y a aucune prétention ici. Sauf qu’en Afrique, on aime pas les frères qui font le ménage à la maison. Ainsi, pour le président Alassane OUATTARA, l’heure des réformes qui a sonné était aussi l’heure des combats. Mais s’est-il laissé perturber?

1. Le président Alassane OUATTARA, devenu premier ministre en Côte d’Ivoire, a aligné les salaires des enseignants qui étaient détachés de la fonction publique.
2. Il a assaini les finances publiques et brisé la logique de faveur entretenue au profit de certains privilégiés dans le paiement des taxes et impôts.

A titre d’exemple, il a découvert que Henri Konan BEDIE n’a versé aucun centime d’impôt de 1959 à 1990. C’était aussi le cas pour plusieurs autres barons du régime, qui lui ont ouvert une guerre sans merci.

Dans cette perseptive, même la famille du feu président Houphouët a été épinglée. Non seulement ils ont apuré leurs dettes à l’Etat, mais les exonérations douanières dont ils bénéficiaient ont été sensiblement réduites.

C’est dans ces entrefaites que notre Henri Konan BEDIE a entretenu un conflit ouvert avec le président Alassane OUATTARA, jusqu’à inventer des choses sur sa nationalité. C’est donc lui en premier qui a attribué la nationalité burkinabé au président Alassane OUATTARA, pour se venger de lui. Mais pour quel résultat ?

Loin d’être naïfs, les ivoiriens ont voté massivement le président Alassane OUATTARA. Ils n’ont donc fait aucun cas à des flèches venues du camp BEDIE. D’ailleurs, ils savent aussi que le nom OUATTARA même est d’origine ivoirienne et nulle part on ne trouve dans les archives du Burkina des documents attestant de la nationalité burkinabé du président Alassane OUATTARA. C’est juste un montage sur fond de règlement de compte, mais qui a échoué.

LE CAS BLAISE COMPAORE

Le fait pour cet ex président du Burkina de trouver refuge en Côte d’Ivoire n’a pas manqué de faire couler de la salive et de susciter de la polémique inutile. Les commentaires sont allés dans tous les sens et très peu ont approché la vérité.

En réponse, notons que le président Blaise COMPAORE a épousé une métisse franco-ivoirienne, fille du médecin du feu président Houphouët.

Avant même de devenir président au Burkina, il avait déjà des propriétés en Côte d’Ivoire. Ainsi, il ne doit sa nationalité ivoirienne que par le lien du mariage. Une procédure que reconnaît la constitution ivoirienne, comme la plupart des constitutions du monde d’ailleurs. Toute polémique à ce sujet est tout simplement ridicule.

Pour cette première partie, retenons que la nationalité ivoirienne du président Alassane OUATTARA ne présente aucun doute. Mais aussi et surtout, il fait partie des pièces motrices qui fondent les premiers pas de la Côte d’Ivoire vers son développement. Aujourd’hui, il fixe le cap vers l’émergence de son pays. Nous reviendrons sur son bilan à la présidence de la république dans nos prochaines éditions, avant de livrer sa vision pour la Côte d’Ivoire dans les prochaines années.

Voici en quelques lignes les premiers pas de nos investigations, que nous livrons ici à l’appréciation des lecteurs

Pour PT CONSEILS,

Papy TAMBA
Gérant