Politique

AFDC-A: Nene Ilunga, ou le combat d’une femme pour  » la fidélité , la loyauté et le respect des engagements pris » en politique.

Le Front Commun pour le Cingo – FCC- a désigné la semaine dernière le sénateur Alexis Thambwe Mwamba, comme étant son candidat au perchoir du Sénat R-dcongolais.

Contre toute attente – et aussi paradoxal que cela puisse paraitre – Modeste Bahati Lukwebo, Président du regroupement politique AFDC-A , membre de surcroît de cette plate-forme – a décidé seul, d’aller à l’encontre de ce  » choix consensuel et concerté », porté par l’Autorité Morale du FCC Joseph Kabila Kabange – en annonçant
sa propre candidature – sous un grand tapage médiatique – y compris à travers la presse étrangère.

Face à cette imbloglio malsain, créé de toutes pièces pour des ambitions personnelles inavouées – une voix et non de moindre – s’est levée au sein de son propre parti politique AFDC et même au niveau de l’AFDC-A, regroupement politique qu’il préside – pour rappeler au Sénateur Bahat, une vertue cardinale qui devrait pourtant, caractériser tout politicien et homme d’État, digne de ce nom :  » le sens de l’honneur, face aux engagements pris en politique ».

Nene Ilunga Nkulu, cadre influente de l’AFDC et Présidente du groupe parlementaire AFDC-A à l’Assemblée Nationale – est allé en public pour désavouer la démarche – après avoir tenté de dissuader en vain, M. Bahati Lukwebo – sur la gravité de son acte qui frise la trahison.

*Nene Ilunga administre une bonne leçon de fidélité, de loyauté et de respect des engagements au versatile Modeste Bahati.*

Des sources très proches de la Présidente du groupe parlementaire AFDC-A, nous apprenons – que Pendant trois jours, cette dernière a eu des discussions très franches et sincères, au cours desquelles elle a eu à rappeler à son président – en rapport avec avec sa candidature au perchoir du Sénat – le
sens de  » l’honneur, face à des engements politiques « .

Il s’agit primo, des engagements qu’il avait pris, pour le compte du regroupement, vis-à-vis du Front Commun pour le Congo – FCC- à savoir la fidélité et la loyauté envers l’autorité morale du FCC, Président Honoraire et Sénateur à vie Joseph Kabila Kabange. Par ailleurs
, l’AFDC , entant que membre du FCC – dont l’adhésion a été libre – a l’obligation de se plier à toutes les décisions prises – d’une manière consensuelle – par cette plate-forme politique.

Tout récemment d’ailleurs, dans une déclaration publique – dont la vidéo existe – M. Bahati est revenu sur cet engagement ferme de son regroupement politique, en confirmant sans embage et en des termes très clairs, qu’il se pliera au choix de l’autorité morale du FCC, en ce qui concerne la présidence de la chambre haute du parlement – ce, après avoir d’abord menacé – comme dans ces habitudes – d’aligner sa propre candidature avec ou sans le quitus de sa plate-forme, le FCC.

Selon les mêmes sources, la leader du groupe parlementaire AFDC-A – en femme politique alerte – a également signifié au Sénateur Modeste Bahati que maintenir sa candidature s’apparenterait à une guère perdue d’avance. Avec 13 Sénateurs seulement, dans la chambre haute du parlement – comment prétendre gagner une élection, face à un candidat qui bénéficiera à coup sûr, de la quasi-totalité des voix d’une plate-forme majoritaire au Sénat et dont l’autorité morale n’est autre que Kabila? S’est interrogée la député Nene Ilunga. À moins que M. Modeste , puisse maîtriser d’autres paramètre non-ibjectifs et qui ne sont connus que par lui-même, a-t-elle conclu.
N’ayant pas trouver un compromis sur la question, Nene Ilunga -femme de conviction et indépendante d’esprit – avait dès lors, informé en primeur au Sénateur Bahati sa décision de ne pas le suivre sur son schéma, qui ne cadre pas avec les lignes directrices et de leur parti et de leur regroupement politique.

Certains esprits tordus, ralliés au Sénateur Bahati justifient la candidature de ce dernier pour éviter – selon eux – le scénario de l’echec de She Okitundu, face à Kengo Wa Dondo. Mais Madame Nene Ilunga, ne l’entend pas de cette aureille et de rappeler :  » le contexte est complètement différent. À l’époque She Okitundu était le candidat de la Majorité Presidentielle, face à un autre candidat de l’opposion Kengo Wa Dondo. Aujourd’hui , il s’agit d’une candidature qui vient s’opposer à un choix concerté au sein d’une même famille politique.

Il ne fait l’ombre d’aucun doute – affirme-t-on dans le camp de Nene Ilunga- que la candidature de Modeste Bahati au sein d’une même famille vise à emietter les voix du FCC au sein du Sénat et d’affaiblir cette plate-forme et son autorité morale sur la scène politique congolaise.

*Nene Ilunga , une fidélité et loyauté envers Joseph Kabila. qui ne souffrent d’aucune ambiguïté, ni complexe*

Madame Nene Ilunga affirme, qu’à la création de l’AFDC en 2010, il lui a été expliqué par M. Modeste Bahati que le parti auquel elle devait adhérer – entant que co-fondatrice – avait pour autorité morale Joseph Kabila Kabange – dont elle se sentait idéologique et politiquement très proche.
Et c’est pour cette raison, affirme-t-elle, qu’elle a donné le meilleur d’elle-même au sein de ce parti et à côté de Modeste Bahati, avec la ferme conviction que son parti servait avant tout, les intérêts politiques du Sénateur à vie, Joseph Kabila.

Les observateurs de la scène politique congolaise – notent alors – que l’annonce unilatérale de la candidature de Modeste Bahati est perçue par Nene Ilunga et son groupe, comme un  » affront  » contre Joseph Kabila, autorité morale du FCC .
À travers une déclaration lue devant la presse, le Samedi 6 juillet dernier, quelques
élus membres du groupe parlementaire AFDC-A, avec à leur tête la présidente de leur regroupement, ont désavoué la démarche de Bahati Lukwebo pour respecter les engagements – librement consentis – au sein du FCC en appuyant la candidature de Alexis Tambwe Mwamba.

*S’achemine-t-on vers la « mort politique » de Modeste Bahati au profit d’un leadership féminin au sein de l’AFDC et AFDC-A?*

Ce lundi 08 juillet 2019, le Rotana Hôtel de Kinshasa, a abrité la Conférence des
Présidents des Regroupements Politiques du Front Commun pour le Congo (FCC) – en vue de la mise en place du ticket complet du FCC au Bureau définitif du Sénat.

À cette occasion, Ils ont décidé de “la réaffirmation à l’unanimité de la candidature de Monsieur Alexis THAMBWE MWAMBA au perchoir du Sénat, conformément à la décision de l’Autorité Morale” – et cela en présence du Président du regroupement politique AFDC et alliés, Modeste Bahati Lukwebo qui conteste toujours cette candidature au profit de la sienne.

Par ailleurs, “la Conférence des Présidents exige de l’Hon. Modeste Bahati de tirer toutes les conséquences politiques des décisions prises, de s’y conformer en s’exprimant publiquement par les mêmes voies à travers lesquelles il s’est exprimé sur le sujet, en faisant amendes honorables”.
, indique le communiqué final de cette réunion.

Selon certaines indiscrétions, ce dernier aurait sollicité un temps de réflexion avant de s’exprimer sur la question.

Alors que se tenait , la réunion du FCC au Rotana, des sources dignes de foi, nous rapportent que certains députés de l’AFDC- étaient autour de leur présidente Nene Ilunga , pour resserrer leurs rangs, réaffirmer leur fidélité à l’autorité morale du FCC et surtout pour confirmer leur appui , à la candidature déclarée du FCC, pour le perchoir du Sénat R-dcongolais.

Dans l’entre-temps, la question que tout le monde se pose, est celle de savoir  » si Modeste Bahati va faire ou non, amandes honorables, comme lui exige sa plate-forme, le FCC? »

Dans l’éventualité d’un entêtement aveugle, même les non-initiés , savent pertinemment bien , qu’en politique toute trahison se paie cache!!
Dans une telle hypothèse, les observateurs objectifs sont unanimes, pour affirmer que le FCC mettra tout en oeuvre, pour affaiblir politiquement Bahati, tout en apportant un soutien politique inconditionnel à Nene Ilunga, femme de conviction et de caractère , pour un nouveau leadership féminin au sein de l’AFDC, et l’AFDC-A et ce, conformément au statuts et règlements qui régissent ces deux organisations politiques – qui doivent impérativement – demeurer membres à part entière du FCC et selon la discipline de cette plate-forme.

Guy MOMAT
Analyste Politique.