Politique

Un homme « primaturable » de terrain… FIRMIN KOTO REMPLIT LE PORTRAIT ROBOT

Le temps passe, s’écoule inexorablement vers la fin du monde. Ceux qui effectuent des recherches pour trouver un oiseau rare, vont inutilement très loin, alors qu’à côté, des hommes compétents, capables… sont à la hauteur d’occuper le poste envié de Premier ministre.

Rare c’est un lexique qui renvoie les recruteurs sur les gens probants mais, alors que nous avons les deux pieds sur terre. Rare exprime aussi la montée des enchères afin que les ignorants et les indécis soient découragés à ne pas se sentir dans leur peau et prétendre au poste, alors que personne n’a le monopole de savoir, ni de l’intelligence ni de l’intelligence ainsi que de l’expérience pour justifier sa rareté.

Voilà alors Firmin Koto qui a fourbi ses armes dans la cour de président Joseph Kabila – il garde encore fraîche dans sa mémoire les connaissances de ses cours en Économie et autres sciences connexes en matières financières. Il a acquis une riche expérience sur terrain de gestion et a vu aussi les autres gérer et a su intégrer et enregistrer toutes les données dans sa mémoire afin de s’en servir au moment opportun. Et ce moment c’est maintenant : suggérer « urbi et orbi » ses capacités managériales d’économiste perspicace, avisé et prudent.

Pour ceux qui le savent pas, Firmin Koto est un natif de Kinshasa. Un kinois pur sang, qui sait comment le politicien, le travailleur, le fonctionnaire, le cadre, le mandataire… se démène chaque jour pour trouver sa nourriture quotidienne. C’est le souci permanent aussi de l’homme ordinaire, comme lui et vous, voire « moi ». L’homme de nom Firmin Koto connait ce beau monde attend du Premier ministre : – trouver de quoi manger chaque jour, – trouver les moyens financiers pour se faire soigner en cas de maladies, – faire étudier sa progéniture, – comment se déplacer chaque jour… Ce n’est pas tout, Firmin Koto est un technocrate de haut niveau. Mais, il n’a pas oublié qu’il faut s’occuper de la plèbe d’abord. Il attend, lui aussi, sagement et avec beaucoup de patience !

DAVID MUTEBA KADIMA