Politique

Plaidoyer de « Le futur gouverneur »… Alain Bolenge définit le portrait du gouverner à élire

Il est des hommes qui sont des kinois pur sang (nés et grandis à Kinshasa). Connaissant l’esprit kinois à fond, ils peuvent tracer le portrait robot de leur gouverneur à élire. C’est le cas d’un kinois de naissance, connu sous le non d’espoir consacré pour lui « Futur gouverneur », Alain Bolenge. Cet homme, pour son amour de Kinshasa, il a tenté sa chance pour devenir député provincial, mais cela ne lui a pas empêché de présenter ce qui convient au gouverneur à élire. Ici, en kinois authentique, il pose ses critériums pour un bon gouverneur de la ville de Kinshasa. Celui-ci, il doit être : – un vrai kinois né et/ou grandi à Kinshasa, il doit avoir un casier judiciaire vierge – des mains propres, être dynamique, généreux, solidaire et social avec touts le qualificatifs, il doit être rassembleur des kinois et qui prend tout le monde avec soi… Bref, pas un gouverneur entouré avec un club des amis comme le cas de Kimbuta ! Le gouverneur à élire, doit faire de la salubrité son cheval de bataille, parce que la ville de Kinshasa est très sale – il ne faut pas se voiler la face pour cela. Et même les faubourgs.

Le gouverneur à élire, renchérit Alain Bolenge, doit défendre les intérêts de kinois et surtout veiller à ce qu’ils soient respecter. Particulièrement, faire respecter le Code du travail aux employeurs Indo-pakistanais, qui considèrent les kinois comme des esclaves, mal payés et travaillant au-delà des heures prévues par la loi. Il relève ici la non application des articles 40 et 41 du Code du travail en ce qui concerne les travailleurs journaliers.

Le sol et sous sol appartiennent à l’Etat les espaces verts doivent être protégés et aménagés. En effet, on n’a pas oublié pourquoi le colonisateur belge avait laissé ces espaces pour la beauté et l’alimentation en oxygène pour lutter contre le réchauffement climatique. Le gouverneur doit veiller à ce que des prédateurs ne viennent pas s’en accaparer pour s’en servir !

Au vu de cas critériums très vitaux pour les kinois, Alain Bolenge prouve son sobriquet de ‘’Futur gouverneur’’ et invite en fait les députés provinciaux à ouvrir l’œil et le bon afin que les kinois comme lui, puissent être gérés par un homme qui répond à ces critériums pour leur propre bien-être.

Nous y viendrons !

DAVID MUTEBA KADIMA