Elections

Législative provinciale à Funa… JEAN-SERGE ONYUMBE WEDI (n°323) SE SIGNALE À LA FUNA!

Renouvellement de la classe politique, alternance… tels sont les quelques vocables parmi tant d’autres qui reviennent sur les lèvres des jeunes ! Cependant, un jeune, pas n’importe lequel, Jean-Serge Onyumbe Wedi, qui prône la mutualisation d’expériences entre vieux et jeunes. Il est exceptionnel. Son approche n’exclut pas les vieux. De ces derniers, les jeunes, fort de leur vigueur, doivent côtoyer les vieux et bénéficier de leur expérience.

Il a initié un mouvement associatif « JeuneZevieux » qui intègre les personnes de toutes les générations. « JeuneZevieux » est une plateforme mettant au centre de son action les jeunes et vieux. Voilà ce qui fait la force de Jean-Serge Onyumbe Wedi, candidat indépendant dans la circonscription électorale de la Funa et porteur du numéro 323.

Jean-Serge Onyumbe Wedi, disons initiateur et coordonnateur du mouvement « JeuneZevieux » n’est plus à présenter. Sa structure compte plus de 100 mille membres actifs à Kinshasa. Cet effectif ne prend pas en compte les autres membres disséminés à travers tout le territoire national.

La cible principale de « JeuneZevieux » c’est avant toute chose la jeunesse, l’avenir de toute nation. Outre la mutualisation d’expériences, le mouvement cher à Jean-Serge Onyumbe Wedi focalise son action dans la responsabilisation de jeunes dans la prise de décisions communautaires.

La candidature de Jean-Serge Onyumbe Wedi est motivé par trois raisons fondamentales : – sa vision altruiste, celle visant le bien-être de la communauté, – son curriculum vitæ (CV) compétitif justifiant son cursus universitaire appuyé par une expérience professionnelle de plus de 10 ans, – et son implication au renouvellement de la classe politique par la gestion collegiale du pays.
Jean-Serge Onyumbe Wedi, doublé de sa casquette d’expert en communication et marketing, entend faire son entrée en politique par la grande porte. Son engagement est à la fois citoyen et républicain. C’est-à-dire, il vient en politique par idéal : le bien-être de la communauté et la gestion collégiale du pays.
DAVID MUTEBA KADIMA