Elections

Législative nationale 2018… FRANCY BANGALA BOYOMA VISE L’HÉMICYCLE À PARTIR DE LA TSHOPO

Autant il y a des hommes du pouvoir, autant il y en a du régime. Francy Bangala Boyoma se recrute dans la dernière catégorie. Jeune et ambitieux, il n’a pas tardé à se faire remarquer dans les arènes politiques rd-congolaises. Sa candidature à la députation nationale, contrairement à celle des autres challengers, est décidée par sa base de la province de la Tshopo où les fils et filles de Boyoma lui témoignent un soutien indéfectible.

Francy Bangala Boyoma, ce licencié en Relations internationales, est membre actif, cadre de l’Union pour le Développement du Congo (UDCO), parti cher à Jean-Claude Masangu Mulongo, gouverneur honoraire de la Banque Centrale du Congo (BCC) où il a les charges de président de l’interfédération de quatre provinces de la « Grande Orientale ».

Sa candidature validée par la CENI, Francy Bangala Boyoma, se voit attribuer le n°173 dans la circonscription électorale de Kisangani. L’UDCO, son parti politique, a aligné sa candidature pour le compte du Regroupement politique, Républicains Indépendants et Alliés (RIA).

Natif de Kisangani, Francy Bangala Boyoma a vu le jour le 23 juin d’une certaine année à l’hôpital général de Lubunga. Il est resté, depuis, attaché au sol qui l’a vu naître. Et il ne se départit guère de son rêve, celui de faire de sa province, la Tshopo, comme le dit son nom, « Boyoma », entendez la belle.

Homme du développement, engagé et très actif sur terrain, Francy Bangala Boyoma incarne une nouvelle dynamique politique pour la Tshopo, la nouvelle province. Il se veut défenseur de celle-ci. Et pour être à la hauteur de sa tâche, Francy Bangala Boyoma veut passer du stade d’observateur politique à celui d’acteur en intégrant les institutions, le cas d’espèce l’hémicycle en vue de porter très haut la voix de filles et fils de la Tshopo.

Autre registre, Francy Bangala Boyoma se fait remarquer aussi par ses œuvres caritatives. Il s’investit pour les vulnérables et les démunis. Les « enfants de la rue » sont également une préoccupation pour Francy Bangala Boyoma, ce jeune leader qui ne passe pas inaperçu. Toujours à l’écoute du peuple, il pense que tous ceux qui ont les charges publiques doivent, avant toute chose, être serviteurs du peuple. Et pour être grand, il faut d’abord être au service des autres, a renchéri Francy Bangala Boyoma.

Son slogan de campagne : « Avec vous nous franchirons les murailles », la population de la Tshopo s’en est approprié et dit à son tour :  » Avec Francy Bangala Boyoma, nous franchirons les murailles politiques de notre province.

Sportif avéré, Francy Bangala Boyoma est toute oreille aux préoccupations de sportifs, toutes disciplines confondues. Cependant, il regrette avec la dernière énergie le fait que la ville de Kisangani, troisième de la RDC et la province de la Tshopo, première en termes de superficie, ne soit pas dotée d’infrastructures sportives adéquates. Francy Bangala Boyoma s’engage pour un lobbying.

Pour le peu qu’on puisse dire, Francy Bangala Boyoma n’est pas un novice en politique. Plusieurs fois, on l’a vu côtoyer les grands noms en politique, le cas de Leonard She Okitundu, Aubin Minaku, Leonard Mashako Mamba, d’heureuse mémoire,… pour ne citer que ceux-là. Il a été aussi, tour à tour, secrétaire particulier, puis assistant principal du gouverneur de la Tshopo, poste auquel il démissionnera. Cas rarissime en RDC. Aujourd’hui, il est aux bons soins de Jean-Claude Masangu Mulongo, président national de l’UDCO et gouverneur honoraire de la BCC. Aujourd’hui, Francy Bangala Boyoma sollicite les suffrages de filles et fils de la Tshopo. Nous osons croire qu’ils les lui accorderont le moment venu.
DAVID MUTEBA KADIMA