Sécurité

Sécurité au Nord-Kivu Une note d’espoir après la mission parlementaire à Beni

Nul n’est sans ignorer qu’après concertation entre le Gouvernement de la République et l’Assemblée nationale sur la récente situation sécuritaire préoccupante dans l’Est du pays, deux missions parlementaires ont été envoyées en Ituri et au Nord-Kivu précisément à Beni, pour s’enquérir de l’état des lieux d’insécurité qui sévit dans ces deux régions. Quant à la mission de Beni, elle est déjà de retour dans la capitale depuis le week-end dernier.

Cette mission est bien accomplie, affirme le chef de la délégation des députés nationaux qui est allé travailler dans le Nord-Kivu, le député national Simon Bulupiy Galati, de retour de Beni. Il a indiqué que sa délégation débuté sa mission dans la province du Nord-Kivu, le 07 octobre courant, plus précisément dans la ville de Goma, le chef-lieu de la province, puis dans la ville de Beni.
C’était pour recueillir des informations et sensibiliser toutes les couches de la population sur la situation sécuritaire et humanitaire dans cette province meurtrie.

L’objectif de la mission était multiple.

D’abord échanger avec les membres du Gouvernement provincial, ceux de l’Assemblée provinciale, et les responsables des ETD (Entités territoriales décentralisées) sur la situation sécuritaire et humanitaire de la province. Mais aussi avec les acteurs de la Société civile provinciale, les notables, et les leaders locaux. Il s’est également agit de sensibiliser les membres de la Société civile, les leaders locaux et les différentes couches de la population sur les enjeux des opérations militaire en cours et la nécessité de collaborer avec les Forces de défense et sécurité.

Aussitôt arrivée dans la ville touristique de Goma le dimanche 07 octobre courant, la délégation de députés nationaux a ouvert des discussions avec une délégation intercommunautaire du Nord-Kivu dénommée Barza, avant de poursuivre les échanges avec les membres de la Société civile de la ville de Goma. Le gouverneur de province, M. Julien Paluku a reçu cette délégation de députés nationaux le jour suivant, c’est-à-dire, le lundi 08 octobre 2018 dans la matinée, dans son bureau.

Accompagné des ministres provinciaux, le chef de l’exécutif provincial a également échangé avec les députés nationaux pendant plusieurs heures. Après le gouvernorat, ces derniers ont poursuivi les discussions avec leurs collègues députés provinciaux dans les installations de l’organe délibérant de cette province, avant d’échanger dans la soirée avec les responsables de la MONUSCO/Beni.

C’est donc le mercredi 10 octobre 2018 que cette délégation parlementaire venue de Kinshasa est descendue dans le secteur de Beni-Mbau où il s’est tenu une réunion du Conseil de sécurité présidée par l’administrateur du territoire. Les députés nationaux en mission ont en fin de journée, échangé également avec les membres de la Société civile de Beni. C’était dans l’enceinte de l’ISTM/Oicha où ils ont bouclé la journée.

Pour le député Simon Bulupiy, la population de Beni aspire à la paix

Le chef de la délégation, le député national Simon Bulupiy Galati, estime que la mission leur confiée est accomplie « du fait que nous avons eu à rencontrer toutes les couches de la population, les différents acteurs politiques, de la Société civile dans sa pluralité, les conférences des professeurs, les étudiants, la délégation des élèves, sans oublier les différentes confessions religieuses, ainsi que la FEC (Fédération des entreprises du Congo), afin de recueillir les informations et de s’imprégner de ce qui se passe quant au phénomène de l’insécurité qui sévit dans la région ».

Pour cet élu du peuple, ce qu’il faut retenir est que la population n’aspire qu’à la paix. Et surtout à Beni où se situe le drame, et les élèves ne vont plus à l’école depuis un certain temps, suite à l’insécurité qui gangrène cette entité. Il faut noter qu’il y a certaines cités qui étaient dépeuplées suite aux attaques rebelles.

La délégation des députés nationaux a eu à rencontrer également les différents responsables de sécurité que ça soit au niveau de la ville de Beni et de tout le territoire. Notamment, le staff du commandant opérationnel pour envisager et placer les dispositifs de telle manière à rassurer la population à regagner petit à petit, certaines communes qui étaient vidées.

« La ville vit sous une pression démographique et nous avons dit à la population d’avoir confiance aux institutions t aux responsables de sécurité qui sont sur place. Et de collaborer étroitement avec les services de sécurité, afin de déterminer les zones à haut risque pour que les autorités puissent assainir le milieu et préparer le retour progressif de la population », a indiqué le député national Simon Bulupiy.

Selon lui, un problème qui se pose en termes de mouvement de population. La délégation a eu des informations selon lesquelles, qu’il y a une difficulté de cohabitation entre les communautés à cause de ce mouvement des populations.

Pour terminer, la délégation des députés nationaux a formulé des recommandations. Selon lesquelles, les gens qui vivent dans une cohabitation pacifique doivent conserver cette harmonie d’autant plus que cette situation d’insécurité s’avère passagère. La mission parlementaire recommande aux autorités du pays de prendre des dispositions pour essayer d’apaiser les uns et les autres.
A en croire l’honorable Simon Bulupiy, il y aura une note d’espoir. D’autant plus que, a-t-il ajouté, tous les députés nationaux dans leur diversité, se sont mis d’accord dans un langage commun et dans la cohésion. Et ils sont préoccupés par la restauration d’une paix durable pour le bien-être de lapopulation.

Pour le moment, aucune information ne peut filtrer de ce que la délégation des députés nationaux a échangé avec tous les acteurs du Nord-Kivu. Et la primeur de l’information est réservée à l’assemblée plénière chez qui sera présenté le rapport de cette mission parlementaire.
Pour la petite histoire, l’on se rappellera que le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku Ndjalandjoko a eu des séances de travail dernièrement avec des délégations des Caucus des parlementaires différentes provinces de l’Est de la République autour de la situation sécuritaire.

A la suite de ces séances de travail, le premier des députés nationaux, avec les membres du bureau de l’Assemblée nationale et ceux des caucus précités, avaient échangé le 1er octobre courant au Palais du peuple avec le Premier ministre Bruno Tshibala accompagné du vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Henry Mova Sakanyi, et les ministres de la Défense nationale, des Finances, du Budget, des Affaires sociales, etc.

Cette réunion Assemblée nationale – Gouvernement a débouché sur des recommandations et la mise sur pied d’un groupe de travail. Lequel a organisé ces deux missions parlementaires. Après celle de Beni, l’on attend également la mission qui est allée en Ituri.

Lepetit Baende