Développement Sécurité Social et famille

Grâce à la Monusco et l’Ambassade de la Suède Des policiers à l’école de la masculinité positive

« Masculinités positives : devoirs d’hommes aux côtés des femmes ». Cette approche est désormais en vogue en République démocratique du Congo. Elle a été ce mardi 25 septembre 2018 au cœur d’une journée de réflexion organisée essentiellement en faveur des officiers de la Police nationale congolaise (PNC) et autres policiers subalternes.

L’espace culturel Texaf Bilembo sur l’avenue Marie-Ange Lukiana (concession Utexafrica) dans la commune de la Gombe a été le cadre choisi pour abriter ces assises. Lesquelles ont été rendues possibles grâce à la collaboration entre l’Ambassade de la Suède en République démocratique du Congo et la section Genre de la Monusco, entendu, Mission des Nations Unies pour la stabilité en Rd Congo.

Cette journée de réflexion des policiers a été marquée par une exposition virtuelle véhiculant des messages de sensibilisation, des témoignages des particuliers, ainsi que des déclarations encourageant le concept de la masculinité positive. Sous la modération de l’ambassadeur de la Suède accréditée en République démocratique du Congo, Mme Maria Hàkansson, un nombre de cinq panelistes au-devant la tribune, en experts en la matière, ont d’abord émis leurs commentaires, l’un après l’autre, soutenant de bout en bout l’approche de la masculinité positive.

Ces derniers se sont, en effet, attaqués à certains comportements, habitudes, traditions, cultures, stéréotypes, us et coutumes… qui désavantagent l’émergence de la jeune fille et de la femme, et qui freinent leur épanouissement au sein de la société congolaise. Tous ont encouragé l’aide mutuelle et la complémentarité entre hommes et femmes, garçons et filles, dans tous les domaines de la vie communautaire, et voire pour des tâches ménagères.

Ces interventions se sont suivies d’un débat général. Au cours duquel, les participants ont soulevé diverses préoccupations et questions à l’endroit des intervenants, pour certains. Et pour d’autres, ils ont apporté leurs contributions et présenté des propositions, suggestions et autres commentaires.

Puis les experts panelistes ont réagi. Aux questions, ils ont apporté des réponses. Lesquelles réponses ont été appuyées par d’autres participants officiers de la PNC qui étaient en grand nombre dans la salle.

En à croire les organisateurs, la Monusco et l’Ambassade de la Suède en Rdc, ce débat est lancé, il est nécessaire en vue du changement social des Congolais et Congolaises. L’on indique que ces activités autour de l’approche de la masculinité positive vont se poursuivre et s’étendre à d’autres dimensions, avec des femmes et d’autres couches de la population.

Pour sa part, la diplomate suédoise en poste à Kinshasa, Maria Hàkansson, s’est félicitée des réflexions intéressantes sorties dans la salle. Elle a ainsi rassuré que ce travail de sensibilisation sur la masculinité positive continue.

Lepetit Baende