Politique

De retour de la mission: Kokonyangi délie sa langue et parle de Katumbi, Bemba et son auto-exclusion!

L’homme n’est plus à présenter, Joseph Kokonyangi, vice-président national de l’AFDC, désigné en congrès, et actuel ministre de l’Urbanisme et habitat. Revenant d’une mission officielle qui l’a conduit, tour à tour, en Italie, puis en Allemagne, le patron de l’Urbanisme et habitat a, d’entrée de jeu, fait la restitution de sa mission : – conclure la négociation entreprise depuis plus d’une année avec des partenaires pour la construction de maisons sociales en RDC.

L’évolution est positive dans l’ensemble d’où le satisfecit de Joseph Kokonyangi qui annonce, dans le tout prochains jours, le départ d’une dizaine de congolais en Italie pour apprendre la nouvelle technologie adaptée au montage des maisons préfabriquées. Ils sont techniciens maîtrisant le métier qui vont être formés pour devenir à leur tour formateurs. Et il s’en suivra, dans un délai rapproché, l’installation d’une unité de fabrication et montage de maisons préfabriquées en RDC, avec option de réduire le coût d’acquisition de 100.000 à près de moins de 9.000$ pour une maison sociale.

MEETING DE « ENSEMBLE » DE MOÏSE KATUMBI À KINSHASA

Sans lésiner sur le temps, le numéro 2 de la Majorité présidentielle, Joseph Kokonyangi, a eu des justes mots pour répondre à Moïse Katumbi, autorité morale de « Ensemble ». Kokonyangi a décrié les subterfuges et supercherie de Moïse Katumbi qui, en 2006, s’est fait élire à la députation en usurpant la nationalité congolaise. De ce fait, il doit être pourchassé et poursuivi jusqu’à son dernier retranchement, a martelé Kokonyangi. Il a quitté le pays sous prétexte qu’il était malade et devrait se soigner à l’étranger. Il devient exilé politique. Pas plus tard qu’il y a quelques jours, Katumbi s’est adressé à une frange de la population via média projection. De quoi se reproche-t-il pour rentrer au pays? S’est interrogé Kokonyangi avant de rappeler les dégâts sur le plan economico-politicosocial causés par Moïse Katumbi. Ce dernier, à en croire Kokonyangi, a mis la SNCC à genoux au profit de  » Akuna Matata » qui a pris les prérogatives de la SNCC : transport de minerais. Nulle part au monde, l’on a transporté les minerais par camion, a renchéri Joseph Kokonyangi.

L’ACQUITTEMENT, VOIRE LIBÉRATION DE JEAN-PIERRE BEMBA

Incarcéré à la Cour pénale internationale (CPI) pendant 10 ans, l’acquittement comme la libération de Jean-Pierre Bemba n’agite nullement la Majorité présidentielle (MP). Son séjour carcéral n’a été décidé ni par Joseph Kabila ni Minaku ni Kokonyangi, encore moins par le peuple congolais. C’est plutôt par la plainte de la République Centrafricaine. Il n’y a aucun problème particulier avec Jean-Pierre Bemba. Ceux qui manipulent l’histoire de Bemba se trompent de ligne de conduite, a rappelé Joseph Kokonyangi. Une chose est sûre, la MP, avec sa coalition, va rafler tous les postes de manière démocratique. Nous avons été en compétition avec Jean-Pierre Bemba en 2006. Et le résultat est connu de tous.

L’AUTO-EXCLUSION DE KOKONYANGI

Joseph Kokonyangi a balayé par le revers de la main la question de son auto-exclusion! Il s’est dit étonné de l’apprendre sur les réseaux sociaux. Aussi, soit-il, la lettre sanctionnant son auto-exclusion est signée par Modeste Bahati Lukwebo, président national (Ndlr : Il a usurpé la qualité du camarade Tshisumpa). Bahati n’en a donc pas qualité et a violé la Constitution, dans son article 97, alinéa 2. « L’AFDC, nous l’avions fabrique de nos mains. Je me réserve d’émettre mon avis dès lors qu’il s’agit d’une information interceptée sur les réseaux sociaux. J’attends l’affirmation, a renchéri Kokonyangi. Affichant respect à Modeste Bahati Lukwebo, Kokonyangi « menace » de se comporter de manière proportionnelle si jamais l’on convoquait le congrès qui les avait désigné, Lukwebo et Kokonyangi, respectivement président national et vice-président national. Servir deux maîtres, Kokonyangi est loin de s’exécuter. Il jure fidélité et loyauté à un seul maitre Joseph Kabila, président de la République et Chef de l’État.

DAVID MUTEBA KADIMA