Politique

Prétendue rébellion de Katumbi: L’ Enssemble rejette  » les affirmations de la POLICE » 

Dans un communiqué publié ce mercredi 09 mai, le porte-parole de la plateforme Ensemble, Olivier Kamitatu a démenti les affirmations de la Police selon lesquelles Moïse Katumbi serait à la base de préparer une rébellion à l’ Ituru. 

Via un communiqué de presse, Olivier Kamitatu a répliqué aux révélations de la Police, tendant à  salir de nouveau le casier du candidat président de leur plateforme électorale. Cependant, il condamnne avec beaucoup d’énergie les fausses intentions attribuées à Moïse Katumbi. Car, ce dernier n’a jamais opté la voix inégale qui mène à prendre le pouvoir par les armes.

 » Le Président Moïse Katumbi dément bien entendu tout le lien avec toute personne ayant la volonté recourir aux armes et à la violence pour renverser les institutions illégitimes de la République Démocratique du Congo. Son combat pour la libération du pays est et restera pacifique pacifique », dixit le communiqué.

Selon ledit communiqué, l’Ensemble a avancé deux raisons fondamentales qui auraient amené la police d’arriver à cette conclusion. Une conclusion qui n’est pas du tout  appréciable qui ne permet nullement que environnent de la descripation politique soit  assaini.

L’Ensemble note d’un côté que cette révélation policière ,n’ a rien comme objectif majeur que  d’écarter Moïse Katumbi à la course présidentielle. De l’autre côté, de  » créer une véritable guerre civile au motif de chasser une rébellion créée de toutes pièces et ainsi pouvoir provoquer ces troubles pour repousser encore les élections. »

Pour arrêter la propagation de ce vent, l’ Ensemble de Moïse Katumbi appelle la communauté nationale qu’ internationale à se mobiliser pour cette affaire ne puisse pas évoluer.

 

Le communiqué de Kamitatu démontre à suffisance combien Moïs Katumbi est déterminé à poursuivre son combat. Et ne va en aucun jour de se détourner de sa lutte pacifique.

Pour rappel, c’est au  cours d’une conférence de presse présidée par le ministre de l’Intérieur Mova Sakani, la police nationale a présenté un ex-militaire comme l’un de ceux qui ont été sollicités pour aider Moïse Katumbi dans une tentative de prendre le pouvoir par la force. Les hostilités devaient être menées  en Ituri, précisément à Aru.

La rédaction.