Non classé

Pour diminuer les accidents routiers. Les conducteurs de bus en commun doivent être dotés d’un nouveau statut

Le comportement psychologique des chauffeurs de transport en commun à Kin, augmente le pourcentage des accidents routiers; au-delà du permis, seule la délivrance de la carte de « conduite professionnelle » pourrait le diminuer.

 

Partout ailleurs, dans les capitales des pays dits des hommes normaux, les animateurs automobiles conduisent de véhicules réservés au transport en commun, conduisent  de manière judicieuse et digne. Judicieuse, car aucun chauffeur ne peut se permettre de se désolidariser avec les règlements et lois établis  régissant le secteur de son activité de transport, qui est le code de la route. Digne, puisque qu’il s’agit des vies humaines. Ces dernières, doivent être conduites par des gens civilisés. Hélas, à Kinshasa, cette appréhension normative et rationnelle, s’avère une tendance inquiétante dans le secteur philanthropique.

En effet, Les expression, telles que,  » KIN YA BANA KIN « ,  » TIA MUTU »,  » PORO » et autres employés et destinées aux acteurs de transport, sont non seulement parfois  comprises de façon abusive  . Mais aussi, leurs champs d’application et matérialisation constituent un danger permanent. Il n’est plus hermétiquement difficile de croire qu’aujourd’hui l’immortalité, l’ impatience ainsi que la bassesse de l’intelligence émotionnelle sont les premières causes des accidents banals et tragiques évitables

Comme qui dirait: « Fumer cause ou aggrave de nombreuses maladies, dont plusieurs peuvent diminuer la durée de vie de manière importante. ».

En se référant vers bon nombre des émissions médiatiques, jouissant d’une notoriété sociale incontestable,  notamment KIN MAKAMBO diffusée quotidiennement sur la chaîne télévision Molière, on constate bel et bien la pluralité des éléments constitutifs dudit magazine semblent appartenir à la rubrique des  accidents routiers.Les témoin traumatisés évoquent la scène tragique qui s’est jouée devant leurs yeux, disent c’est l’excès de vitesse ou encore mauvais dépassement comme cause principale de l’accident. Pour certains, c’est la  conduite sous de l’empire de stupéfiants et la consommation excessive de

l’alcool qui sont responsables. Bref, tous ces différents chefs d’accusations, énumérés, peuvent trouver son déclin , si et seulement si la loi portant code de la route dans son

livre trois, titre V des dispositions concernant le permis de conduire, s’est améliorée.  L’idéal pour renforcer des mesures coercitives et sécuritaires de la population, serait la délivrance de la nouvelle carte,  » Conduite professionnelle ». Cette dernière, n’est pas l’ adversaire potentiel du permis de conduire. Ou encore, n’a pour vocation de le faire disparaître. Par contre, ce pour éclairer la vraie identité et critère d’éligibilité que peuvent avoir un conducteur expérimentée.

C’est-à-dire, Le Concept de conducteur professionnel doit être introduit en vue de reconnaître le statut professionnel des conducteurs des moyens de transport public de personnes et de marchandises, de préserver leurs droits et de crédibiliser leur métier. Ladite nouvelle carte, va également minimiser le pourcentage des accidents.

La Carte Professionnelle donne au chauffeur le droit de conduire d’une façon professionnelle les moyens de transports suivants :

•Les véhicules de transport de marchandises pour le compte d’autrui ou pour compte propre, dont le Poids Total Autorisé en Charge est supérieur à 3500 kg ;

•Les véhicules de transport public de voyageurs et touristique ;

•Les véhicules de transport du personnel et de transport scolaire ; et

•Les véhicules de cortèges des autorités du pays.

Critère

Cette Carte professionnelle sera délivrée aux chauffeurs titulaires des permis de conduire ayant suivi une formation de qualification initiale dispensée dans des établissements dûment agréés à cet effet, la durée de validité est de 5 ans renouvelable sous condition de justification de suivi de la formation continue mise en place à cet effet durant la 4ème année.

En conclusion, la carte professionnelle est de nature à contribuer à la mise à niveau du secteur du transport routier et améliorer les conditions de la profession, la sécurité et la qualité des services.

 

Béni Kinkela.