Politique

Coopération bilatérale RD Congo – Belgique, un bras de fer engagé avec, a la clé, la fermeture de la maison Schengen

Le gouvernement de la République démocratique du Congo, à travers le ministère des Affaires étrangères, a, par voie des représailles, appelé à la cessation immédiate des activités de la nouvelle agence belge de développement (ENABEL), et au démantèlement du dispositif consulaire dénommé «Maison Schengen».

Ces mesures de représailles sont prises suite à la décision de son homologue belge, qui par voie de presse, en dehors de toute tradition diplomatique, avait annoncé une série de mesures concernant la coopération bilatérale existante avec la RDC.

En date du 15 janvier 2018 lors d’une réunion extraordinaire du Conseil des ministres sous la présidence du Premier ministre, Bruno Tshibala, le Gouvernement avait regretté et a pris acte de la position des autorités belges de gérer les relations bilatérales par le biais de la presse.  Le gouvernement avait promis au moment opportun des mesures de réciprocité appropriées par le canal diplomatique.

Voilà qu’en date du 24 janvier 2018, le gouvernement congolais, à travers son Vice- Premier ministre en charge des affaires étrangères, She Okitundu a transmis par voie diplomatique à la Belgique, les mesures suivantes : la Cessation immédiate des activités de la nouvelle agence belge de développement (ENABEL) et Démantèlement du dispositif consulaire dénommé « Maison Schengen ».  Les ambassades de l’espace Schengen devront désormais traiter elles-mêmes leurs demandes de visas.

Quant au choix de Reynders d’attribuer leurs dons aux ONG belges opérant en RDC, son homologue congolais, répond que la coopération au développement belge n’est ni indispensable aux autorités congolaises ni vitale pour la vaillante et mature population de RDC et du reste, n’a pas été demandée par les autorités congolaises.

 

MesuresCongoBelgique

test
tags