Politique

Marche du 31 décembre. l’archevêque de Bukavu, François- Xavier Maroy Rusengo s’était farouchement opposé

Si certains archevêques des  provinces, ont « aveuglément », affirmé avoir approprié le mot d’ordre du Comité Laïc de Coordination, cette pensée conventionnelle n’a pas touché bon nombre des prélats catholiques. C’est notamment, le cas de l’archevêque de Bukavu, François Xavier Maroy. Ce dernier, s’était opposé a la marche du 31 décembre. Pour lui,  l’église, ne doit pas être instrumentalisée en fonds de commerce politique.

Avant la lecture de l’évangile, lors de la célébration de la messe, l’archevêque de Bukavu, François Xavier Maroy a dit ne pas reconnaître la fonction, le rôle ainsi que le statut du Comité Laïc de Coordination ( CLC).

« On a suivi à Kinshasa le comité des laïcs catholiques qui annonce, qui programme la marche entre guillemets au niveau national, je ne sais pas qui en est membre ici. En ce que je sache, ce comité ou cette coordination des laïcs catholiques n’existe pas au sein de la conférence épiscopale. Par contre, nous avons le conseil de l’apostolat des laïcs catholiques, ce n’est pas le CLC que j’ai vu, que j’ai entendu », révèle le numéro Un de la province ecclésiastique.

L’archevêque, a invité également la classe politique congolaise et certains prélats,  à faire montrer de sérieux, au lieu de projeter les actions qui galvaudent l’essence même de la philosophie de l’église.

« Il y en a qui ont décidé que le 31 décembre tout doit changer. Et ils ont programmé de faire changer par des marches. Je crois que la meilleure marche c’est de nous mettre à genoux pour que nous puissions nous dire : sommes pécheurs, nous te demandons, Seigneur, pardon, nous avons détruit notre pays. Ce serait la meilleure », telle était la substance de son  message transmis à une foule composée de jeunes à la la cathédrale Notre dame de la paix.

Béni Kinkela.