Monde

LA DÉLÉGATION DE L’UNION EUROPÉENNE EN RDC SE DÉVOILE AU GRAND JOUR COMME COMPLICE DES MOUVEMENTS ANARCHISTES ET INSURRECTIONNELS EN RDC.

Dans un communiqué suspect, rendu public ce 16 novembre 2017, la Délégation de l’Union Européenne se dit préoccupée par l’attitude pourtant responsable des autorités du pays d’avoir pris des dispositions régaliennes en vue de
prévenir les troubles projetés par des mouvements anarchiques, non enregistrés et inconnus de l’administration.

Ces nébuleuses sont connues uniquement des chancelleries occidentales qui maitrisent leurs organisations respectives, leurs cahiers de charges et financent au noir leurs activités pour des objectifs macabres que seule l’UE connaît.

C’est tout de même étonnant d’apprendre de la Délégation de l’Union européenne que l’autorité publique doit se donner le devoir de travailler avec des structures qui visiblement, n’ont ni personnalité juridique, ni siège sociale, ni hiérarchie officielle et dont le cahier de charges reste un mystère. C’est un aveu grave.

Encore faut-il se demander comment l’UE voudrait-elle que nos autorités collaborent avec des mouvements qui n’ont comme seuls moyens de communication des tracts et non des courriers officiels.

Si elle, la Délégation de l’Union européenne connaît ces mouvements dit citoyen, l’État congolais ne les connaît pas. Le Gouvernement de la Rdc doit immédiatement réagir à ce communiqué irresponsable qui frise l’injure contre l’ordre démocratique.

En plus, le Gouvernement doit condamner l’attitude irresponsable de la Délégation de l’Union européenne qui ne juge pas utile d’inviter ses protégés des mouvements informels à se faire enregistrer officiellement et à discuter en conséquence avec l’autorité établie.

C’est une attitude de complicité flagrante en faveur de l’anarchie. Et c’est inacceptable que des missions diplomatiques, qui ont pour devoir d’accompagner notre jeune démocratie à s’émanciper, se dévoilent au grand jours comme un appui aux mouvements de déstabilisation des institutions officielles.

La démocratie et les libertés publiques qui en découlent, c’est d’abord le respect des lois et non l’anarchie. La paix et l’ordre public ne doivent être négociés au profit des agendas cachés des intérêts des lobbies maffieux.

D.M