Jeunesse et Education

Enseignement Supérieur et Universitaire: Des personnalités Congolaises victimes d’une mauvaise Campagne visant à  discréditer  leurs études dans les Universités

Les Universités en Amérique comme en Europe, bref partout dans le monde  ont en leur sein comme Étudiants  des personnalités qui au delà  d’avoir  d’autres responsabilités voulant  accroître leurs connaissances s’inscrivent en bonne et dû forme. Mais ces dernières loin de bénéficier des traitements de faveur, ont un programme d’enseignement qui se diffère des autres étudiants à cause de leurs différentes  occupations professionnelles. Et  l’Université Protestante au Congo qui est l’une des Institutions de renommée internationale du Pays compte en son sein aussi des personnalités de tout genre qui se sont inscrites de manière  légale et qui étudient également en se conformant aux règles.

Cependant il s’observe et au grand étonnement du public, un acharnement médiatique sans précédent contre les personnalités Congolaises qui  étudient  dans les Universités locales, sous forme d’une campagne allant dans le sens à  ternir leur image, une campagne calomnieuse sans preuve, prétextant que ces personnalités sont bénéficiaires de traitements de faveur.

Pourtant celà  n’est pas du tout le cas. Car il est chose normale que ces personnalités  comme celà  se fait  partout dans le monde, se lancent à accroître leurs compétences intellectuelles, ceci en vue de leur  permettre de bien se distinguée et permettre au pays  d’avoir des dirigeants textuellement compétents. C’est ainsi que les journalistes Congolais, mieux ceux de la capitale Kinshasa sont appelés à ne pas réduire  leur beau et loyal travail qui du reste fait la fierté  du pays  au niveau de produire des publications en ce sens  sans pour autant  pousser leur recherche loin et comprendre les choses telle qu’elle se présente en lieu et place de vite s’adonner à des écrits qui n’honorent pas la profession  en utilisant les noms des personnalités telle que  la brillante Présidente de la Jeunesse Africaine Francine Muyumba. Cette dernière  lincencié en Communication de l’Université de Namibie pour qui  le droit a toujours été  une  passion, l’a toujours signifié  elle même lors de ses interventions  médiatiques aux  journalistes sur son parcours, même lorsqu’elle est interviewé  par la presse kinoise, le cas tout récemment par le Magazine  *MEMENTO*

Francine Muyumba  a avoué qu’en s’inscrivant à l’Université de Namibie,  son souhait était de faire le droit malheureusement le droit pratiqué en Namibie n’est  pas celui pratiqué en RDC. En Namibie le droit enseigné et pratiqué fait parti de la famille common law tandis qu’en RDC le droit enseigné et pratiqué fait parti de la famille Germano.

Francine Muyumba Présidente de l’UPJ est le symbole de la réussite d’une nouvelle génération dont l’encourager à accroître ses capacités intellectuelles la permettra de faire de plus en plus la fierté de son pas sachant qu’elle est une citoyenne patriote de Premier rang que nul  n’ignore. Cette  compatriote fait l’honneur de la Nation et celui de  toute l’Afrique, non seulement dans le leadership de la jeunesse mais aussi de la femme Africaine. Elle mérite plus que les encouragements de tous.

La société doit encourager les personnalités qui ont le courage de regagner les Institutions académiques afin d’accroître leurs compétences pouvant les aider à améliorer leur façon de faire les choses et comprendres les enjeux du développement.

Celle qui vient d’être classée par la MIPAD récemment au nombre des 100 personnalités influentes du monde de la descendance Africaine, fait la fierté de toute une Nation et plusieurs jeunes dont les filles du pays et les jeunes dans son pays, en Afrique et dans le Monde ne cèsse de s’inspirer d’elle.

Son influence on le comprend est  loin de satisfaire ceux qui jusqu’ici en RDC n’avaient pas de vision ni ambitions au profit de la jeunesse jusqu’ à  la venue de celle qui, à  ce jour au détriment des nons voyants forcés est devenue une icône d’une jeunesse debout. Consecieuse et surtout dynamique, en Afrique comme dans le Monde, elle fait parlé d’elle à  travers les Institutions Internationales dont les Nations Unies où au plus haut Sommet du monde elle mène un  plaidoyer au profit de la jeunesse. Ses récentes prestations lors de  la dernière Assemblée Générale  des Nations Unies en présence des leaders du monde, a encore prouver ses capacités surtout intellectuelles fruits et  preuves des études en droit de l’Université protestante au Congo d’où  elle bénéficie  d’un  enseignement efficace et qui contribue énormément au travail qu’elle mène à travers le Monde. Son travail déjà lui permet de faire la pratique de ce qu’elle apprend à l’Université Protestante au Congo dans l’option droit international Publique, chance que  plusieurs étudiants n’ont pas. Elle pratique déjà le droit international au plus haut niveau dans les Organisations Internationales. Son passage dans les auditoires de l’Université ne pourra que compléter la théorie car elle acquière  déjà une maîtrise à un  niveau plus élevé du droit international.

En s’inscrivant en 2012 dans la faculté  de droit à l’Université Protestante au Congo avant même de devenir Présidente de l’UPJ, fonction qu’elle occupe depuis fin 2014, l’objectif poursuivi était tout d’abord d’accomplir sa passion pour le droit et accroître ses connaissances afin de se distingué dans sa vision sur les questions des jeunes au service de sa Nation et y compris en  Afrique son Continent.

Ceci non seulement pour ajouter un plus sur ses connaissances de la notion de droit qui fait parti de notre quotidien aujourd’hui, mais surtout parce que le droit a toujours été depuis son enfance, sa préférence de part son souci de défendre les autres tout en considérant qu’il faut avoir la maitrise du droit pour défendre car faute de compréhension en droit  le plaidoyer devient moins efficace.

Inscrite en bonne et dû forme à  l’université Protestante au Congo qui est l’un des meilleurs établissements de l’enseignement supérieur et Universitaire en RDC, la Présidente de l’UPJ se confirme aux règles établies sans en aucune manière chercher à  obtenir des privilèges, plusieurs des ses enseignants en témoignent  ses camarades de classes avec qui malgré  son rang elle  entretient des très  bonnes relations loin de prêter attention à  son train de vie.

vue son rang et ses différentes occupations, Elle trouve toujours le temps de remplir ses différentes tâches d’étudiante. Pourtant celà est possible et c’est ce qu’elle arrive à  faire et de la plus belle des manières bien que n’étant pas génie. Chaque étudiant et surveillant signe sur un registre après avoir effectué l’examen chose faite et Francine Muyumba depuis G1 jusqu’à ce jour se conforme à  ces règles de l’Université.

 

Donc, La démarche selon les analyses de la majorité  d’étudiants et des internautes vise plutôt le comité  de gestion, Le recteur ayant fait ses preuves de bonne gestion depuis plusieurs années à la tête de cette institution en menant un travail de qualité, les assoiffés  du pouvoir qui du reste sont excité  par l’envi de prendre sa place et autres places des autorités académiques ont opté  pour des faux fuyant en s’affichant sur des noms connus, la plus part des personnalités politiques et apolitiques.

 

Interrogés sur cette affaire, les  étudiants de l’UPC qualifient ces personnes d’inciviques visant à discredibilisé leur Institution à cause de leurs bourreaux les finançant quelques part dans la cité.

Ils ont dénoncé  avec dernière energie les attaques inacceptables et non fondées de certaines personnes qui utilise des journalistes de la ville de Kinshasa pour parvenir à  leur soif, pourtant cette façon de faire de ces bourreaux, va  à  l’encontre des principes de bases du journalisme. Ceci va en violation du code d’éthique et  déontologie de la profession.

Ainsi pour ce faire, ces étudiants ont tenu à informer l’opinion Nationale études Internationale que leur Université Comme toutes les autres Universités a ces challenges mais ils ne permettrons jamais à ce que les personnes mal intentionnées puissent nuire à la réputation de cette université.

Ils dénoncent ce qu’il qualifie de magouilles et mettent en garde ces sources du mal intentionnées qui vise à discredibiliser l’UPC car leur avenir en dépend.

Ils saluent et encourage la Présidente de l’UPJ  pour les  efforts qu’elle  fournis pour ces études de droit à l’UPC depuis 2012 car malgré ces lourdes  tâches, elle  arrive à  accomplir ces obligations estudiantines et ceci est prouvé car chaque jour elle est aperçu sur le site Universitaire toute humble avec ses camarades étudiants en classe tout comme dans les Corridors de l’Université.

Ils témoignent que les capacités intellectuelles de leur Camarade de Classe Francine Muyumba pendant leur débats surtout de droit les épatent. Elle prend toujours le devant dans des  groupes des séminaires pour présenter au nom de ces camarades étudiants et ne manque à recevoir des cours d’encadrement par différents assistants de sa faculté de droit. Plus loin ces étudiants précisent  que  depuis G1 leur camarade de classe Muyumba se présente pour faire tout ces examens, étudiants, Professeurs comme assistants sont témoins. La simplicité de cette dame tout au long des études à l’UPC surtout avec les Etudiants dans les corridors comme en classe est aussi à la base du courage pour avancer qu’exprime ses camarades elle y est pour quelque chose.  Muyumba qui est aujourd’hui dans une année terminal des études du droit avec eux est un leader incontestable qui organise mieux son temps. Ces étudiants  disent protégés l’image de leur  Institution surtout et protéger les valeurs et  les choses correctes et non les mensonges car l’image de l’institution détermine la crédibilité de nos diplômes et surtout notre avenir.

Thierry KASONGO et Robert Kalemba